La formation des professionnel.le.s, un enjeu pour une meilleure prise en charge des femmes victimes de violences

Share on Facebook+1Share on LinkedInShare on Twitter

Médecins, sages-femmes, policiers, gendarmes, avocats et magistrats, travailleurs sociaux, professionnels de l’enfance et de l’adolescence…  ces professions ont en commun qu’elles sont susceptibles d’intervenir dans la détection et la prise en charge de femmes victimes de violences. L’organisation du colloque « “Mieux former pour accompagner : Formation des professionnel.le.s à la prise en charge des victimes de violences et de traite des êtres humains”, le 25 novembre par la MIPROF est l’occasion de rappeler l’enjeu que représente la formation initiale et continue auprès des professionnel.le.s .

Les professionnel.le.s au contact des femmes victimes de violences ont un rôle crucial à jouer en termes de repérage et d’orientation, que ce soit dans les champs de la santé, de la sécurité, du social, du judiciaire, de l’éducation, etc. Leur formation initiale et continue constitue un enjeu pour favoriser leur implication.

Afin d’aider à mieux repérer, prendre en charge et orienter les femmes victimes de violences, la MIPROF (Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences faites aux femmes et la lutte contre la traite des êtres humains) a réalisé plusieurs sessions et kits de formation pour répondre aux problématiques rencontrées dans les différents secteurs professionnels .

 « ANNA », « ELISA », « TOM ET LENA »… des kits de formations pour les professionnels

actu_Miprof

Des vidéos et leurs livrets d’accompagnement, des fiches réflexes, sont autant d’outils créés pour permettre aux formateur.rice.s de transmettre un  socle de connaissances et de références commun sur les violences. Y sont abordés des fondamentaux tels que l’identification du danger lié aux situations de violences,  l’impact du repérage systématique sur la femme victime, les conséquences des violences sexuelles sur les femmes et les répercussions sur les enfants. La MIPROF a développé cette année de nouveaux outils de formation, en particulier concernant les violences sexuelles et les jeunes femmes  à destination des acteur.rice.s de l’action sociale.

Plus de 300 000 professionnel.le.s ont été formé.e.s par la MIPROF depuis 2013, notamment des formateurs (225 référents dans les services d’urgence, plus de 150 formateur.trice.s de travailleurs sociaux, etc).